L'actualité de apprendreautrement19.fr

 

 

[This is the end.]

Par apprendreautrement19.fr, posté le 10/05/2017 à 23:06:15 | modifié le 11/05/2017 à 11:02:02

the-end.jpg


Dimanche 29 janvier 2017, une partie de moi est morte. Vraiment. Je suis arrivée dans mon école, dans notre école que pourtant nous venions fermer.

J’ai réellement eu la sensation d’assister à mon propre enterrement. Une sensation vraiment singulière et éprouvante.

Dimanche 29 janvier 2017, je suis entrée pour la dernière fois dans cette école qui allait disparaître. 3 ans de ma vie qui allaient s’évaporer en une journée.

 

Les derniers compagnons de route arrivent les uns après les autres, parlent à voix basse. S’asseyent à mes côtés sans rien dire, pour être là, simplement, parce que parfois il n’y a plus de mots. Vraiment, un enterrement.

 

Après des mois difficiles, comme pour toute création d’école, nous avons vécu des mois douloureux. Non, atroces, d’une rare violence. Je sais qu’un turn-over est prévisible dans un démarrage d’école de ce type. Une école qui propose à chacun, enfant, parent ou administrateur, de (re)trouver sa propre part de liberté, d’(apprendre à) assumer son pouvoir intérieur, celui qui rend beau, unique et important, d’apprendre à tenir compte du besoin de l’Autre, de la différence de l’Autre, de considérer l’Enfant comme capable de faire ses propres choix, ça remue, ça remet en question.

Mais jamais, jamais, je n’ai envisagé que le bouleversement intérieur puisse se retourner ainsi contre nous, contre moi, qu’apparaisse alors une volonté nette de détruire.

 

En quelques jours début décembre, un trésorier se sert dans la caisse, des accusations graves sont portées contre moi, mais pas face à moi. La diffamation tente de se propager aux autres parents, puis hors de l’école. Le conseil d’administration est harcelé, la demande de ne pas prolonger mon contrat de travail est mentionnée, toujours sans discussion, sans argumentation, sans recherche de dialogue. Tout ceci, m’a, nous a, plongés tout d’abord dans une phase de sidération profonde. Puis fatigués, épuisés, après tant de mois d’épreuves politiques, financières, humaines que nous avions déjà traversées et surmontées pour ouvrir notre école.

 

Nous n’avons cessé de nous battre, de rebondir, de trouver des solutions.

Nous étions dans une situation financière très préoccupante, mais toujours avec des pistes de solutions, des soutiens présents et prêts à s’engager pour que puisse perdurer cette belle école qui déjà, en quelques mois, portait ses fruits. Des enfants heureux, responsables, attentifs, attentionnés, des compétences humaines et relationnelles extraordinaires déjà acquises, des envies d’apprentissages qui naissaient de toutes parts, des observateurs extérieurs impressionnés du niveau de compétences des enfants.

 

Mais début janvier 2017, après une énième difficulté sur notre chemin, tout est allé très vite. Lors d’une de nos réunions hebdomadaires, nous avons envisagé toutes les hypothèses financières. Il fallait pour perdurer trouver un nouveau lieu pour septembre, de nouveaux enfants, donc recommencer quasiment à zéro, communiquer, tout en s’occupant de l’école actuelle, des enfants, des nouveaux inscrits, des familles à venir…etc.

Nous avons alors pris un temps pour considérer les forces qu’il nous restait.

 

J’ai alors dû prendre mon courage à deux mains et donner ma réponse. Que je n’en pouvais plus. Que je ne pouvais pas prendre un coup de plus au risque de m’effondrer totalement.

Cette réponse a certainement été l’une des plus difficiles de ma vie à donner. Il m’en a fallu du courage. Mais il le fallait.

Sûrement une des pires soirées de ma vie.

 

Alors voilà, c’est terminé. L’école a fermé le 29 janvier 2017 et depuis nous avons géré proprement la fin. La tête haute*.

L’association « Dès demain » a voté la cessation d’activité de l’école et de l’association le 21 février en Assemblée générale extraordinaire, et transmis cette décision au Tribunal de Grande Instance.

L’administrateur chargé par le conseil d’administration de gérer cette cessation d’activité a été entendu le 11 avril au tribunal. Les juges ont rendu leur verdict le 5 mai.

Un liquidateur est nommé.

Clap de fin.

 

 

Et maintenant ?

 

Maintenant, chacun de nous est dépositaire de la flamme qui s’est allumée au contact de ce projet. Chacun de nous peut choisir d’en faire quelque chose. D’en faire quelque chose de bon.

 

Les enfants sont repartis dans des écoles traditionnelles, en instruction en famille ou dans une autre école alternative. Ils continuent leur chemin, forts de ces 5 mois passés ensemble. A faire autrement. Mais ce qu’on a vécu, ce qu’on a tissé, ce qu’ils ont touché est à jamais gravé en eux.

 

Les adultes prennent le temps de faire leur deuil à leur manière. Ce qu’il se passe en chacun de nous, c’est notre propre histoire, notre propre affaire et nous savons qu’il est inutile, vain et erroné de céder à la tentation d’en accuser l’Autre. Nous savons aussi que cette histoire, aussi difficile soit-elle, nous a apporté beaucoup et nous relie sur des valeurs humaines que nous voulons préserver et faire perdurer.

 

 

Merci.

 

Merci à tous ceux d‘entre vous qui avez cru en ce projet,

 

Merci à tous ceux qui y ont investi du temps, de l’argent, notamment à travers notre campagne sur Zeste, et de l’énergie. Soyez certains que rien de cela n’est perdu : notre projet s’arrête mais il a semé bien des graines qui continuent à pousser, vous l’avez permis.

 

Merci aux bâtisseurs indéfectibles : Jess et Alex vous n’avez jamais lâché, même quand c’était difficile pour vous, pour l’école. Jess tu as été là tous les matins pour moi aux moments les plus durs, tu étais mon pilier dans la tempête.

 

Merci aux parents eux aussi indéfectibles. Merci Isabelle, Grégoire, Alexia, Emmanuelle, Samantha, Charles, Alexandre C., Elio, Alexandre F., Stéphanie, Jessica, Mathieu, Emilie, David, d’avoir tenu bon, même dans les moments de doute, de questionnements, et dans les moments difficiles de vos enfants ou les vôtres. Merci de m’avoir fait confiance, de m’avoir toujours parlé, et d’avoir prouvé qu’en accueillant ses doutes, ses peurs, ses angoisses, et en acceptant de les livrer, on avance bien plus vite et bien plus loin. Merci d’avoir apporté cette vie magnifique dans l’école, merci pour votre investissement au quotidien, merci pour vos sourires, vos rires, votre bonne humeur. J’ai aussi trouvé la force de tenir auprès de vous.

 

Merci Amandine, pour ton investissement désintéressé au Conseil d’administration, ta présence à l’école, ta patience, ton écoute, ton regard, tes retours, jusqu’au bout.

 

Merci Michel d’avoir rejoint notre équipe, d’avoir fait ce chemin avec nous, d’avoir permis la rencontre de deux univers qui réussissaient à travailler ensemble dans le respect du meilleur de chacun. Merci d’avoir tant proposé, d’avoir tant œuvré. Merci d’avoir tenu bon à mes côtés, merci d’avoir cru en moi et en nous. Merci aussi d’avoir géré le moins agréable, cette p*** de fin.

 

Merci à ceux qui ont mis de la douceur dans cette fin si difficile.

Je pense à tous ceux qui sont passés à l’école, qui ont envoyé un mot. Ce fut pour moi très important. Sur le moment et pour la suite.

Et je pense spécialement à vous Alexandre C. et Eric, chacun à votre manière et à votre tour, vous avez soufflé de l’humanité, du respect, de la distance, de la réflexion, de la confiance, du positif, de la chaleur humaine dans nos réunions et nos échanges, nous permettant de vivre intelligemment et respectueusement, la fin douloureuse de l’aventure. Repères indispensables pour que chacun puisse ensuite se reconstruire au mieux.

 

Micha, merci. Tu as été le premier à croire en moi, en ce projet, tu as tant donné dans l’ombre, tu as beaucoup sacrifié pour ce projet. Tu as aussi été le premier à m’alerter sur ma santé. Notre confiance est infinie. Merci.

 

Last but not least…

Merci les enfants, soleils de nos quotidiens. Merci Zoé, Tilo, Tom, Léon, Luca, Ella et Elie. J’ai vécu 5 mois extraordinaires à vos côtés. Vous m’avez appris tellement de choses, vous m’avez permis de me questionner, d’évoluer. Et vous m’avez aussi permis de reprendre confiance en moi en ces dernières semaines, en cette vision de l’enfant et des apprentissages que je proposais, en étant tellement vous, tellement en recherche, tellement créatifs, tellement autonomes, tellement responsables, tellement attentifs aux Autres. Tellement beaux.

Je ne sais lequel d’entre vous m’a laissé ce beau cadeau, je préfère croire que c’est l’esprit de vous tous, de votre école, qui l’a déposé à un endroit où je serai la seule à pouvoir les trouver (derrière le radiateur !!!). La seule chose que je récupère de vos légos (outil fondamental de notre école) ce sont ces deux ailes que je garde tout le temps dans ma poche, que je touche chaque jour du bout des doigts, et qu’un jour je serai à nouveau capable de sortir et remettre dans mon dos.

Je vous embrasse,

 

Delphine.

 

 

 

 

  •  : Jess, j’aimerais publier ton texte à toi… Tu me l’envoies ?